INFOS :

Visiteurs :

Mise en ligne :
21 mars 2009
Mise à jour :
30 juillet 2013

DERNIERS
TRAVAUX :
Armes
d'épaule :
- fusil de cadet
- fusil de cadet 1842
- mousqueton
Mle 1892 MD
- canne-fusil Dumonthier
- arquebuse de rempart
- mousquet à mèche
- Vetterli 1878
de garde-frontière
- K 11
Armes
de poing :
- pistolet gendarme 1770
- pistolet gendarme
Genève An IX, 1840
- pistolet Marston
- pistolet 18ème
- pistolet laiton
- revolver Lefaucheux
- pistolet savoyard
- revolver belge
- pistolet-poignard
- revolver Remington
- pistolet
1822 T bis
Armes
blanches :
- sabre
- épée à la
mousquetaire
- dragonnes suisses
- sabre Klingenthal
- sabre d'honneur Alexis Joris
- sabre de marine
- sabre d'officier
- sabre britannique
- sabre britannique
- sabre d'officier
suisse 1867
- épée d'officier
suisse 1899
Munitions :
- shrapnel 24 l.
- shrapnel 4 l.
- munitions Rubin
Expositions :
- Aubonne (VD)

EN COURS :
Traduction
du site

NOUVEAUTES :
Bibliothèque
informatisée
Textes officiels :
règlementation
et neutralisation

Valid XHTML 1.0 Strict
CSS Valide !

Profil

Michel Braekman


Je suis né en Belgique, à Bruxelles. Après des études de théologie à Bruxelles et Strasbourg, j'ai exercé pendant 20 ans le métier d'aumônier militaire et de pasteur.
Cependant, il manquait quelque chose à mon équilibre. Après une profonde remise en question, je me suis rendu compte qu'il me fallait, pour atteindre l'épanouissement, excercer une profession qui allie les activités manuelle, intellectuelle et artistique.
Le travail avec les objets témoins des technologies du passé ainsi que leur savoir-faire m'apporte cet équilibre.
J'ai alors entrepris, pendant 5 ans, à la Haute Ecole d'Arts Appliqués de La Chaux-de-Fonds (1), la formation de conservateur-restaurateur HES en objets scientifiques, techniques et horlogers.

Cette formation me rend capable d’évaluer, par une approche scientifique et méthodique, les dimensions culturelle, historique, technologique, matérielle, stylistique et iconographique d’une oeuvre, souvent originale et unique, ainsi que d’élaborer, puis de mener à bien des stratégies de conservation ou de conservation-restauration fondées.(2)

La première partie de mon mémoire de fin d’études porte sur la neutralisation des armes à feu portatives selon les règlementations européennes et extra-européennes. La deuxième partie traite des conséquences éthiques de cette neutralisation pour le travail du conservateur-restaurateur.
J'ai réalisé ce mémoire sous la direction de mon mentor, Jean-Jacques Buigné, juriste, passionné d'armes, fondateur de la revue La Gazette des Armes, président de l'Union Française des amateurs d'Armes, Administrateur de la société SA Le Hussard et délégué français à la Fondation pour les Sociétés Européennes de Collectionneurs d'Armes.

Depuis octobre 2008, je me suis installé comme indépendant avec un atelier privé.

Blason Braekman


Comme beaucoup d'autres patronymes, le nom "braekman" trouve son origine dans les noms de métier.
D'après le "Dictionnaire des noms de famille en Wallonie et à Bruxelles" de Jean Germain, Bruxelles, Racine, 2007, le nom "Braekman, tout comme Braakman, Brackman ou Braeckman, est dérivé du moyen néerlandais "braken" qui signifie "broyer (le lin)" et, par extension désigne un surnom de métier : ouvrier qui, dans une filature, broie le lin.

Une autre étymologie voit dans la racine "Braek", l'analogie avec la race du chien de chasse, le "braque". Cette étymologie s'accorderait bien avec la reproduction ci-contre de cet ancien blason.




1) Site Internet HEAA
2) Texte inspiré du flyer "Master of Arts en Conservation-restauration"