INFOS :

Visiteurs :

Mise en ligne :
21 mars 2009
Mise à jour :
30 juillet 2013

DERNIERS
TRAVAUX :
Armes
d'épaule :
- fusil de cadet
- fusil de cadet 1842
- mousqueton
Mle 1892 MD
- canne-fusil Dumonthier
- arquebuse de rempart
- mousquet à mèche
- Vetterli 1878
de garde-frontière
- K 11
Armes
de poing :
- pistolet gendarme 1770
- pistolet gendarme
Genève An IX, 1840
- pistolet Marston
- pistolet 18ème
- pistolet laiton
- revolver Lefaucheux
- pistolet savoyard
- revolver belge
- pistolet-poignard
- revolver Remington
- pistolet
1822 T bis
Armes
blanches :
- sabre
- épée à la
mousquetaire
- dragonnes suisses
- sabre Klingenthal
- sabre d'honneur Alexis Joris
- sabre de marine
- sabre d'officier
- sabre britannique
- sabre britannique
- sabre d'officier
suisse 1867
- épée d'officier
suisse 1899
Munitions :
- shrapnel 24 l.
- shrapnel 4 l.
- munitions Rubin
Expositions :
- Aubonne (VD)

EN COURS :
Traduction
du site

NOUVEAUTES :
Bibliothèque
informatisée
Textes officiels :
règlementation
et neutralisation

Valid XHTML 1.0 Strict
CSS Valide !

Travaux, offres de services

Définitions
Préambule
Méthodologie de base
Tests de vieillissements accélérés
Aperçu de mes différents travaux

Définitions

La conservation-restauration vise à ralentir les processus innés de dégradation en proposant des traitements de nettoyage et de protection de surface, ainsi que des interventions directes dans le but de permettre la lisibilité historique et technologique.

La conservation préventive n’intervient pas sur l’objet mais sur son environnement - le climat - en surveillant et régulant la température et l’humidité relative, en luttant contre les rayonnements infrarouge et ultraviolet, en protégeant l’objet de la poussière, des polluants, des insectes et rongeurs et des microorganismes.

Préambule

Mes produits de traitement sont respectueux de l’objet, de l’homme et de l’environnement.
Mes méthodes sont toujours réversibles et justifiées.
Mon atelier est équipé d’une régulation climatique assurant une stabilité thermique et hygrométrique.

Méthodologie de base

Un mandat de conservation-restauration se construit toujours dans l’ordre suivant :

  1. Observation
  2. Diagnostic
  3. Discussion avec le propriétaire
  4. Traitements et recommandations

Observation

Le premier travail que j’effectue consiste à observer méticuleusement l’objet. Cette observation visuelle, à l’œil nu peut être complétée par une observation plus poussée, toujours visuelle, au binoculaire.

Observation au binoculaire

Ensuite, d’autres méthodes d’observation et d’analyse peuvent être menées à bien :

lumière traditionnelle lumière fluo
photographie en lumière traditionnelle photographie en lumière fluorescente

Observation au Rayons X

photographie au Rayons X

MEB MEB
photographie au microscope électronique à balayage spectre au microscope électronique à balayage

spectre XRD

spectre XRD

note : le démontage complet est souvent nécessaire pour une observation de qualité. Très souvent, les produits de corrosion se trouvent à l'interface bois-métal et sont favorisés par la juxtaposition.

Diagnostic

Cette étape permet de déterminer les causes de dégradation de l’objet. Ces dégradations peuvent être :

Discussion avec le propriétaire

Une discussion avec le propriétaire permet d’exposer les observations et les détails du diagnostic. Des propositions de traitement sont alors exposées afin de :

Traitement

Les traitements décidés sont alors réalisés.
Ces traitements sont consignés dans un rapport permettant le suivi de l’objet.
Des recommandations de conservation et des propositions d’expositions sont présentées au propriétaire.

Tests de vieillissement accéléré

Afin de vous aider dans le choix des matériaux (métaux, bois, tissus, peintures, etc.) pour vos vitrines d'exposition, je peux réaliser des tests de vieillissement accélérés (tests Oddy). Ces tests permettent d'évaluer la neutralité de ces matériaux et de déterminer le risque d'émission d'éléments chimiques à l'état gazeux. Ces émissions sont une des causes principales de démarrage de la corrosion.
Ci-dessous, les photographies du test réalisé pour le Musée militaire vaudois à Morges.
Pour tester les matériaux proposés pour les vitrines, j'ai sélectionné du fer, du plomb et du cuivre. Ces trois métaux sont en effet majoritaires dans les constituants des armes à feu et des armes blanches.

test oddy

mise en place du test Oddy

test oddy fer test oddy plomb test oddy cuivre
oxydation du fer oxydation du plomb oxydation du cuivre

Les échantillons de fer, plomb et cuivre ont été soumis aux tests de vieillissement accélérés en présence de

Bien entendu, les échantillons n'ont pas été protégés.
Remarquer la dégradation du panneau de particules dû à la saturation de l'humidité relative.

Conclusion

Ces tests ont permis d'évaluer les risques de corrosion (dans des conditions extrêmes) tant pour les matériaux d'exposition que pour les couches de revêtement (les peintures).
Les panneaux de particules dégagent moins de substances gazeuses responsables de l'oxydation par rapport aux panneaux de bois croisés.
La couche de protection offre une légère barrière. Cette dernière est plus efficace sur les panneaux de particules.

Pistolets

Autres travaux : cliquer sur une des icones ci-dessous :

arme d'épaule arme de poing arme blanche munition objet militaire objet technique objet scientifique
objet horloger objet arts appliqués figurines historiques panneaux identification caisse cordes d'arbalètes